Bango Bang Index du Forum
Bango Bang Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Fumée d'Opium

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bango Bang Index du Forum -> L'espace détente -> Role Play
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Shoopakadabra
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 19 Aoû - 05:06 (2010)    Sujet du message: Fumée d'Opium Répondre en citant

Lorsque la fumée d'opium me monte à la tête, des choses arpentent mon esprit. Des choses sombres, pas très claires, et effrayantes. Des souvenirs qui refont surface, et des morts que j'avais oubliés qui surgissent du fond de l'enfer pour m'étrangler de leur main squelettique. Le temps était maussade, la pluie et les nuages se dessinaient au-dessus de ma tête et les rares lumières qui éclairaient la salle ne faisaient que redoubler l'ambiance méphistophélique de la salle. Comme à mon habitude je fumais mon opium, qui était devenu la nourriture aussi bien de mon corps que de mon esprit, et je vagabondais à mes idées noires. Lorsqu'un des derniers rayons du soleil couchant à l'horizon se profila sur mon visage, sa chaleur me fit partir dans le lointain monde des souvenirs. C'est dans cette ambiance morbide d'arrière-salle de taverne que commence mon récit. C'est dans cette ambiance qui peut sembler si inappropriée que commence le récit de l'Ecaflip qui fut Roi et qui devint mendiant, de l'Ecaflip qui fut sage et devint sot, de l'Ecaflip qui fut le plus chanceux d'entre tous mais devint le plus malheureux. C'est dans cette ambiance que commence le récit de la légende de Shoo, le plus célèbre de tous les Ecaflips.
 
Quand je vu le jour, déjà, ma mère me promit à un grand avenir. Elle lisait les cartes, comme toute bonne femme Ecaflip, et tira les cartes qui abattirent sur moi le plus grand des malheurs : Elles me promirent à un avenir grandiose de roi ou de mécène. Ma mère, comme toute bonne femme Ecaflip, cru en ses cartes comme en la puissance incarnée des Dieux, et tout petit elle me fit faire tout ce que son maigre budget pouvait lui permettre. En effet, ma mère était femme de paysan, et mon père travaillait dans les champs de Bonta, et comme tout bon Ecaflip, il jouait et perdait la majeure partie de son argent aux jeux. Cependant, parfois il gagnait, et ainsi allait la vie. Ma mère elle, pour me garantir mon avenir radieux, travailla comme bonne dans une riche demeure de la ville, et ainsi allait ses dépenses. Je fus mis dans une école célèbre de Bonta, et je devais sûrement être l'enfant le plus pauvre et le plus sale qui y eut jamais mit les pieds, et à côté, je m'entraînais aux arts de la peinture, du théâtre, de la musique et de l'équitation. Mais avant tout, ma mère m'apprenait l'art de plaire. Sa si grande confiance en moi m'influa dans les veines la vantardise qui y était liée, et je devint plus égocentrique et vantard que je ne devais l'être. J'étais détestable, cependant, j'étais intelligent. Je réussissais presque tout ce que j'entreprenais. J'étais premier en classe, et bientôt les élèves paresseux des enfants riches se mirent à me maudirent. Mais je n'en avais que faire, car les jeunes femmes elles m'aimaient, et moi je les aimais en retour. J'appris peu à peu à séduire les plus irrésistibles des femmes, et à me faire aimer des plus importantes, et ainsi je montais dans l'estime de tous comme un jeune homme beau et plein d'esprit ; et ainsi j'avais réalisé la première partie du rêve de ma mère : J'étais devenu intelligent et ignorant. A mes vingt ans, j'abandonnai mes études et mon consacrais aux arts de la guerre et de l'écriture. Je voyageais beaucoup, et dans mes nombreux voyages je trouvais autant de trésors qu'un Enutrof n'aurait pu rêver en trouver. La chance semblait me sourire partout où j'allais, et j'en étais tellement sûr que jamais ne me vint l'idée que cela pouvait être autrement.. Ma fortune grandit car je la plaçais bien, et bientôt je pu déménager dans un hôtel de la ville. La luxure envahit mon être et bientôt j'oubliai que je venais du monde. Bientôt, j'oubliai que je n'étais qu'un homme comme les autres. Bientôt je voulu être Roi parmi les hommes. Ainsi je pris le mauvais chemin ; je devins égoïste.
 
Mon petit-frère naquit, Ash de nom, et mon père mourut peu après sa naissance, car il partit à la guerre le coeur noyé de chagrin des prédictions funestes de ma mère : Elle prédit que mon frère allait nous libérer du plus grand des fardeaux, mais que pour cela il devrait accomplir le plus sacrilège des gestes. Son futur était parsemé de mort et de funestes présages. Ma mère cependant l'éleva comme elle m'éleva, mais avec le budget que je pouvait lui offrir désormais. Il devint le plus propre des enfants ayant jamais mis le pied dans une école de riche, et devint le plus intelligent d'entre tous. Il devint même plus intelligent que moi. Quelque part, j'en étais jaloux, mais je ne voulais pas l'avouer. Il dessina de plus beaux dessins plus jeune que je ne pu le faire, et écrivit de plus beaux romans que je n'eus jamais pu le faire. Au fur et à mesure qu'il apprenait des choses, moi, je les oubliais. J'étais devenu habitué des tavernes, et peu à peu je me suis mis à conspirer contre le Roi. Comme j'étais riche et fort vicieux, je n'eus pas de mal à faire courir des bruits sur le Roi. Il se disait dans toutes les rues et dans tous les salons de Bonta que le Roi faisait ceci ou cela, et bientôt, pour éviter l'émeute, le Roi, qui était bien plus sage que moi, fuya la ville. La ville avait besoin d'un nouveau Roi. Un beau Roi, qui se présentait bien, savait bien parler et savait faire de belles promesses. Je n'eus point de mal à hériter de ce Trône, et je devins le plus vicieux des Rois. Je faisais affaire avec les bandits, taxais les paysans et envoyait sans cesses les armées à la guerre pour me conquérir de nouveaux territoires. Ainsi, j'accomplis le rêve de ma mère : Je devins le plus magnifiques Princes d'Occident, mais également le plus ignoble.
 
Mon frère, quant à lui, devint un des artistes les plus renommés et des plus jeunes de ma cour. Lorsque je fis construire une église en mon nom, ce fut lui qui en peint le plafond, et ce fut lui qui décorait les salles pour chacun de mes piètres mariages. Cependant, il voulut également devenir mon conseiller, et comme au début je le laissais faire, il n'essaya que de m'inspirer de belles idées. Cependant j'étais sot parmi les sages et je le fis exiler pour m'avoir offenser. Je devins ivrogne et cupide, et ainsi je devins un Roi détestable dont la puissance était telle que personne ne pouvait rien y changer. Cependant, mon frère, de son côté, reprit les routes de la ville, et se fit engager dans l'armée sous un faux nom et une fausse identité. Comme il était fort adroit et bon tacticien, il gravit facilement les échelons de l'armée, et devint aisément général. On parlait beaucoup de ce mystérieux étranger qui nous faisait gagner tant de batailles, et je décidais de le faire venir à moi, pour qu'on me montre enfin le visage de celui nous veut tant de bien. Il vint, et comme les arts de la guerre avait changé son visage et son âme, je ne le reconnu pas. Je le trouvai fort aimable et courtois, et le fit entrer à ma cours. Il devint petit à petit mon conseiller, car cette fois il parlait de façon avisée, et façon à me plaire. Bientôt, on put sentir son influence sur les gens qui se mettait une nouvelle fois à conspirer contre leur roi, à conspirer contre moi.
 
Une fois, lors d'une balade au bord de mon Royaume, lorsque nous ne fûmes que deux, mon frère et moi, il retira son casque, se tournais vers moi et me dis :
 
- Ne m'as tu point donc reconnu depuis tout ce temps que je te conseille ?
J'étais outré de son langage, mais intrigué de ses paroles.
- Comment oses-tu parler ainsi à ton Roi, alors qu'il fut envoyé par les Dieux pour te gouverner. Comment oses-tu insulter ton Roi, et donc les Dieux de cette façon ?
- Je m'excuse, mais je n'insulte point mon Roi. Mon Roi n'est plus, et je m'adresse maintenant à mon frère. Ne me reconnais tu donc toujours pas ?
- Mon frère est mort il y a bien longtemps !
- Je ne suis pas mort, bien que tu ais essayé de me faire disparaître. Je suis revenu, car je devais accomplir mon destin.
- Veux-tu donc dire que tu serais Ash, mon frère bien-aimé ?
- Je suis bel et bien Ash, mais je ne sais pas si je suis toujours ton frère. Je ne suis plus à tes yeux, et tu ne sera bientôt plus aux miens.
 
Ainsi il sortit son arme et la pointa vers moi. Je n'étais armé que d'armes royales, mais comme je m'entraînai longtemps à les manier je n'eus pas beaucoup de mal à m'en servir. Nous nous bâtîmes, mais comme il était devenu homme d'arme et que je n'étais plus point qu'un vieillard ventripotent, il prit aisément le dessus, me désarma et me mit à terre. Il pointa son épée vers moi, prêt à m'assainer le coupe fatal lorsqu'il se mit à hésiter. Il prit peur de réaliser sa destinée plus qu'il ne devait le faire.
 
- Mon frère, malgré tout le mal que tu m'as fait, et tout le mal que tu pourrait encore faire, j'hésite à te tuer. Ainsi je te demande : N'as tu point compris que tu devait devenir Roi non point pour mépriser les hommes, mais pour les aimer ? Après tout, n'es tu point né d'une famille aimante qui n'a souhaitée de ton plus jeune âge que ta réussite et ton bonheur ? Ne comprends tu donc point que les Dieux ne ton élu non pas parce que tu es l'un des leurs, mais justement parce que tu es l'un des nôtres ? Mon frère, ais-je besoin de te tuer ou as tu maintenant compris que le bonheur des hommes ne se construit pas sur le mépris mais sur l'amour ?
 
Cependant, j'étais enragé par le combat, et au moment où il baissa sa garde, je le fis tomber et le tuai d'un coup de dague dans le coeur. C'est les main ensanglantée que je couru, titubant, vers le plus proche des villages, qui, ne faisant par partis de mon Royaume, ne me connaissait point. Je revendis mes effets d'or et d'argent précieux, prit le premier chemin vers la première grande ville, et y passais le reste de ma triste existence à fumer tout mon argent. C'est dans cette fumée d'Opium et d'amertume que je réalise que c'est moi qui devrait reposer sur cette colline de campagne, le coeur brisé, aussi bien physiquement que moralement. Cependant, aujourd'hui encore je n'ai pas le courage de réparer mes erreurs, et mon seul réconfort et que mon frère me regardera du Paradis descendre jusqu'au plus profondes caves de l'enfer.


[P.S.: Pour ceux qui sont arrivés jusque là, je les remercie tout d'abord de tout avoir lu. Ensuite, je m'excuse de cette parenthèse d'un ton Biblique, et tiens à préciser que ce n'est qu'une saute d'humeur, et que j'essayerais de faire en sorte que ça ne se reproduise plus. Bisous.]


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 19 Aoû - 05:06 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Bestou
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 19 Aoû - 05:48 (2010)    Sujet du message: Fumée d'Opium Répondre en citant

Bravo, je vois enfin un Role Play avec un autre sujet que "que vais me venger !" ou "je suis trop fort, donc j'ai tué mon Dieu et pris sa place". Là tu joues toi-même le rôle du "méchant", avec ton personnage, et c'est original. J'espère te voir poster un autre texte, et aussi vite que possible !

Revenir en haut
Asotrot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2010
Messages: 39
Ville natale: Derrière Ta Cousine. :]
Métiers: Forgeur d'épées (35), Sculpteur de baguettes (16)
Masculin Verseau (20jan-19fev) 鷄 Coq

MessagePosté le: Jeu 19 Aoû - 10:23 (2010)    Sujet du message: Fumée d'Opium Répondre en citant

Très beau texte Lev, très bien écrit, et osef des fautes avec un scénario aussi riche.

Comme quoi, la roue tourne.
_________________
Ci-dessous, le fameux Skeletton Moonwalk !



Revenir en haut
Jhiskar
Membre de Bango Bang

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2010
Messages: 27
Ville natale: Strasbourg
Métiers: Encore au lycée !
Masculin Poissons (20fev-20mar) 狗 Chien

MessagePosté le: Ven 12 Nov - 16:31 (2010)    Sujet du message: Fumée d'Opium Répondre en citant

Excellent !

Au moins, C'est pas une histoire Qui finis bien avec tout le monde D'heureux ect...
Tout est bien decrit, Vraiment simpas =)
Seul petite critique : Les répétitions... C'est pas extrêmement gênant mais si tu trouvais des synonymes se serai encore mieux Wink
Continue comme sa !
_________________
Sign... signa quoi ?


Revenir en haut
MSN
Griffe
Membre de Bango Bang

Hors ligne

Inscrit le: 05 Nov 2010
Messages: 12
Ville natale: Beziers
Métiers: Aucun
Masculin Lion (24juil-23aoû) 牛 Buffle

MessagePosté le: Jeu 18 Nov - 20:20 (2010)    Sujet du message: Fumée d'Opium Répondre en citant

Waaa sa tue tu parle d'ecaflip Mais de mechant ecaflip Ses sa qué Bien Bref bravo Shoop(ashups) Very Happy
_________________
Ecaflip Sacrieur cras ou iop Sont mes preferes!


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:37 (2018)    Sujet du message: Fumée d'Opium

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bango Bang Index du Forum -> L'espace détente -> Role Play Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
T h è m e _ r é a l i s é _ p a r _ la _ g u i l d e _ M i t s u g a